Environnement

Propositions et conclusions du schéma de développement commercial de la CUS ET ENVIRONS

Parfaire l’attractivité du centre-ville de Strasbourg et rechercher un équilibre entre les différentes formes de commerce

Le commerce du centre-ville de Strasbourg constitue, aujourd’hui, l’un des pôles commerciaux les plus importants du département. Son attractivité est due, en grande partie, à la présence de nombreuses enseignes nationales et internationales, spécialisées dans les secteurs de l’équipement de la personne, de la culture et des loisirs et du luxe. Mais, fortes de leurs capacités financières, ces enseignes s’implantent aux emplacements les plus attractifs et, par le biais de la pression foncière, entraînent une augmentation des valeurs locatives et des prix des fonds de commerce. Ce renchérissement des locaux commerciaux appauvrit indirectement l’offre du centre-ville. L’enjeu pour la CUS est de préserver l’attractivité et l’éventail de l’offre commerciale, en s’appuyant sur les leviers suivants :
promouvoir l’implantation d’enseignes qualitatives génératrices de flux en centre-ville (futur pôle commercial de l’Aubette...),
utiliser le patrimoine bâti appartenant à la collectivité pour favoriser les implantations les plus adaptées aux besoins,
porter une attention accrue aux autorisations de CDEC dans le centre.

Contenir l’expansion et permettre la modernisation des zones commerciales périphériques

Le SCOTERS compte 3 grandes zones commerciales périphériques situées dans la CUS. Elles se trouvent à Vendenheim-Mundolsheim-Lampertheim, à Hautepierre à Strasbourg et de manière plus éclatée, à Illkirch-Graffenstaden, Geispolsheim, Ostwald et Fegersheim.

Les grandes surfaces spécialisées et les hypermarchés, nombreux à s’y implanter au cours des 40 dernières années, contribuent de façon notable à l’attractivité du territoire et à la satisfaction des besoins de la population. Cependant, ce développement rapide, et parfois anarchique, a entraîné d’importantes difficultés de circulation, liées à leur fréquentation. Il a de plus été défavorable au commerce traditionnel.
Aujourd’hui, afin de préserver un équilibre entre centre, quartiers et périphérie, il convient à l’échelle du territoire de la CUS de :
  • décourager la création de toute nouvelle zone commerciale,
  • ne pas s’opposer au renouvellement du parc et aux nécessaires adaptations de l’existant.

Commerce de proximité : mailler les faubourgs et centres-bourgs

Si leurs problématiques sont différentes, faubourgs et centres-bourgs ont en commun de constituer des pôles commerciaux secondaires, n’ayant pas vocation à concurrencer le centre-ville de Strasbourg ou les zones périphériques. Actuellement, la situation de ces secteurs n’est pas satisfaisante.
Il est donc souhaitable de :
  • soutenir l’implantation de nouvelles activités commerciales, que ce soit sous leur forme traditionnelle (commerce indépendant) ou sous la forme de supermarchés, nouvelles locomotives des pôles de proximité,
  • favoriser la restructuration de l’offre existante au tour de ces polarités, par la création de petites galeries commerciales destinées prioritairement aux entreprises locales,
  • contribuer à la redynamisation commerciale de ces territoires en améliorant l’environnement des entreprises (aménagement urbain, stationnement...) ou encore en appuyant les projets d’animation issus du monde associatif.
Il faut par ailleurs accompagner le développement de certaines communes et ne pas créer des cités dortoirs. Ainsi, à Fegersheim, Eschau, Ostwald et Vendenheim notamment, les implantations commerciales doivent se faire dans le centre des villes...

Maintenir une activité commerciale et artisanale des quartiers d’habitat social

Il convient d’assurer le maintien d’une activité commerciale et de service de première nécessité, tout en renforçant les marchés de commerçants non-sédentaires.
Sa mise en oeuvre, par le biais de dispositifs spécifiques liés notamment à la politique de la ville, peut se décliner dans plusieurs domaines : aménagement des espaces publics, acquisition-location, animation et communication...
Actualiser les connaissances sur les comportements d’achats transfrontaliers