L’Incroyable Soirée du Commerce

Nouveau concept en 2013

Organisée par le Groupement Commercial du Bas-Rhin, la Soirée du Commerce 13ème édition s’est tenue le 21 octobre dernier à l’Illiade. Nouveau concept : un match des idées et des convictions sur des sujets brûlants d’actualité, une participation active du public et une nouvelle dénomination L’INCROYABLE SOIRÉE DU COMMERCE.
Elle a rassemblé plus de 200 participants et a accueilli de très nombreuses personnalités. Nous réitérons nos remerciements les plus chaleureux à nos partenaires la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, la Communauté Urbaine de Strasbourg, la Banque Populaire d’Alsace et ÉS énergies Strasbourg.

Extrait de l’intervention du
Président du Groupement Commercial du Bas-Rhin André Marchand

Ce n’est ni évident, ni très simple d’imaginer un nouveau concept. Une soirée du commerce incroyable, une soirée new-look et ce pour plusieurs raisons :
  • la première, visible sur les cartons d’invitation, nous sommes passés de l’inamovible bleu Bardet au rouge vif, un premier scoop...
  • la seconde, bien plus évidente, nous passons des témoignages habituels des éditions précédentes aux débats d’idées sur des sujets d’actualité liés à nos activités.

Ce soir nous allons aborder des sujets qui nous préoccupent pour le bon fonctionnement de nos activités, nos relations avec les collectivités, les débats sur notre environnement, les ouvertures des commerces le dimanche, les soldes...
Nous vous invitons à monter sur le ring, à relever le gant, mais attention pas de coups bas, d’uppercut assassin, ni même de coup pendable ou de coup fourré, mais de véritables coups de semonce ou de coups circulaires en ligne basse, en référence à André Panza, notre 9 fois champion du monde Bravo ! En résumé, une vraie bonne soirée.

Puisque nous avons évoqué les coups de gueule sur le carton d’invitation, je voudrais vous faire part de mon 1er coup de gueule, de mon ras-le-bol devant une situation qui ne fait qu’empirer par rapport à l’accessibilité de Strasbourg, de la CUS et de la transversalité Nord Sud et inversement de notre département. Nous sommes tous respectueux de notre environnement, mais cette fois je dis stop. Stop aux personnes qui rêvent d’un monde idéalisé autour d’un monde sans voiture et qui ne ressemble en rien au quotidien de tous ces milliers de personnes qui se déplacent chaque jour pour rejoindre leur lieu de travail ou qui travaillent tout simplement. Pourtant il existe un moyen très sûr de réduire la pollution automobile, c’est de permettre aux véhicules de débarrasser l’asphalte le plus rapidement possible au lieu de les immobiliser, moteur tournant dans les embouteillages.

Notre Président de la CCI de Strasbourg a cherché et a trouvé de vraies bonnes solutions et de vraies bonnes réponses pour la remise en route du GCO. Réponses qui semblent réunir un large consensus et qui, nous l’espérons, aboutiront favorablement. Mais nous sommes toujours en attente d’une décision de la part de l’Etat.

Autre coup de gueule contre l’Etat, qui a supprimé ou suspendu les aides versées aux associations de commerçants pour des dossiers de financement dans le cadre des OCM ou des FISAC. Et pourtant ces associations se sont engagées sur des projets, ont investi énormément de temps et très souvent d’argent pour des dossiers qui restent bloqués sur les bureaux des ministères à Paris. Le commerce de centre ville est en constante diminution pendant que les zones commerciales périphériques sont elles en pleine expansion. Que l’on ne dise plus que l’Etat soutient le commerce traditionnel, j’invite Madame Pinel notre ministre de tutelle à venir à la rencontre des élus commerce de la CCI et de la CGPME Bas-Rhin. Le maintien des associations de commerçants, le soutien au commerce de proximité et de centre ville restent au cœur de nos préoccupations, c’est un combat au quotidien qui évolue sans cesse au gré de la conjoncture économique et des lois. C’est notre souci au Groupement Commercial du Bas-Rhin et à la CCI.

Je tiens à remercier les personnes qui ce soir vont monter sur le ring pour une première, qui, j’en suis certain, sera le début des incroyables soirées du commerce.

Je terminerai mon intervention sur une citation de Gustave Pie (écrivain français Aphorismes et autres pensées 2008) :
« La boxe est un sport très fruité : quand tu te prends une pêche en pleine poire, tu tombes dans les pommes et tu ne peux plus ramener ta fraise. »




Extrait de l’intervention du
Président de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin Jean-Luc Heimburger

Des combats d’idées et de convictions, je crois que c’est important de les partager quel que soit le moment.
J’ai bien noté que la promesse affichée de cette soirée c’est d’être un « match des idées et des convictions » sur fond d’un ring de boxe ! Alors avant d’être mis « KO » j’aimerais vous faire part de mes propres convictions en matière de commerce.
La première rejoint celle de Montesquieu qui disait : « Le commerce est la chose du monde la plus utile à l’Etat. »
Je vais envoyer « une droite »  :
Qui peut encore aujourd’hui le contester lorsque l’on connait le poids du secteur du commerce dans l’économie française (chiffres issus du Conseil du Commerce de France).
  • Le commerce dans notre économie, 769 500 entreprises, soit 22 % des entreprises françaises, c’était en 2011
  • 65 % de ces entreprises exerçaient leur activité dans le commerce de détail, 24 % dans le commerce interentreprises et 11 % dans le commerce et la réparation automobile
  • 95 % des entreprises avaient moins de 10 salariés et seulement 836 entreprises plus de 250 salariés.


Et maintenant j’envoie « une gauche »  :
Qui crée des emplois non délocalisables ?
Le commerce ! en 2011, il représentait plus de 3,5 millions d’emplois, soit
  • 20 % de la masse salariale de l’économie française
  • et 23% des salariés de l’ensemble du secteur marchand
  • 11 % des salariés du commerce ont moins de 25 ans contre seulement 8 % pour le reste de l’économie et un quart des salariés du commerce n’a aucun diplôme.

Et maintenant je vais envoyer un uppercut :
Qui fait rentrer des taxes ?
Toujours le commerce : c’est 22 % de la valeur ajoutée, 26 % des recettes fiscales, hors impôts sur les bénéfices et TVA.
L’atout majeur du commerce de proximité, c’est son visage humain de plus en plus réclamé par le consommateur.
Le commerce de proximité est en effet indispensable à la vie urbaine par les produits et services qu’il procure, mais aussi par l’équilibre économique et social qu’il génère et par sa contribution à l’animation des villes !

Ma deuxième conviction c’est que les pouvoirs publics, les collectivités se doivent en retour de cette immense contribution économique et sociale d’offrir aux commerçants les conditions les plus favorables pour exercer leur activité ! C’est bien la moindre des choses.
Que demandent les commerçants ?
Les demandes des commerçants ne sont pas extravagantes : permettre à leurs clients d’accéder facilement à leurs points de vente et créer un environnement favorable à l’acte d’achat !

Enfin ma troisième et dernière conviction c’est que vous commerçants devez encore faire quelques efforts pour mieux attirer et fidéliser votre clientèle.
C’est pourquoi la Direction Commerce de la CCI vous aide et vous accompagne pour :
  • Améliorer encore et toujours la qualité de votre accueil et de vos services : plus de 200 points de vente participants aux Trophées de l’accueil que nous organisons chaque année
  • Améliorer avec l’aide de professionnels l’aménagement extérieur et intérieur des points de vente, je rappelle le lancement il y a quelques jours de la deuxième édition de Commerce Design Strasbourg
  • Intégrer les nouvelles technologies et notamment votre présence sur internet.

Voilà donc mes convictions ! Elles sont simples, claires, mais coûtent un peu d’argent. J’espère que vous les partagez et avant que le combat commence, je voudrais terminer comme je l’ai commencé par une citation apaisante de Montesquieu. " L’effet naturel du commerce est de porter à la paix."

Extrait de l’intervention du
Président de la Communauté Urbaine de Strasbourg Jacques Bigot
Je voudrais tout d’abord souhaiter tous mes vœux de bonheur et de succès au GCO. Permettez-moi de dire juste quelques mots en tant que Maire de la Ville d’Illkich-Graffenstaden, Président de la CUS et Président du SCOTERS, nous venons de travailler sur le document d’aménagement commercial. Le travail sur ce document nous a donné d’abord beaucoup d’actes d’espoir dans le diagnostic qui a été posé en établissant clairement que dans notre organisation commerciale et sans doute grâce au travail qui a été fait par nos prédécesseurs, que ce soit du côté des Elus, mais aussi du côté de la Chambre de Commerce et d’Industrie, nous avons la chance d’avoir un commerce de centre ville sur Strasbourg qui est florissant par rapport à d’autres commerces dans d’autres villes de France où les zones commerciales à l’extérieur ont remporté le marché. En même temps les zones commerciales fonctionnent, c’est la raison pour laquelle on s’est lancé dans cette opération complexe de restructuration de la zone commerciale nord pour lui donner un peu plus de lisibilité et d’agrément. Elle attire très loin au-delà de la communauté urbaine dans le nord du département, mais aussi du côté de l’Allemagne.

C’est notre métier à nous, les Elus, de faire en sorte que les lieux soient attractifs et quand on s’est lancé en accord avec la Chambre de Commerce sur le fait de dire nous voulons que le Palais de la Musique et des Congrès et le Parc des Expositions soient des lieux d’attractivité, c’est aussi pour que les gens qui vont venir à nos congrès, à nos expositions aient envie ensuite d’aller dans nos centres villes pour y faire les pratiques commerciales. Le commerce fait partie du bien vivre ensemble, c’est évident. C’est important du point de vue économique, mais c’est important aussi pour l’aménagement du territoire. Bien évidemment on vit des évolutions terribles, on le sait avec l’Internet. On constate depuis quelques temps, malheureusement d’ailleurs, que nos boutiques se vident. Elles sont prises par des assureurs, par des banquiers, or ce sont les premiers à s’être développés au maximum sur internet et pourtant ils ont besoin de la proximité. On aura toujours besoin de proximité, d’accueil et je vous remercie d’y penser. Bonne soirée.

Extrait de l’intervention du
Président de l’Incroyable Soirée du Commerce Pierre Bardet
Pour ce 1er match des idées et des convictions, nous avons invité des personnalités d’horizons différents, avec des avis différents, voire contradictoires, mais qui peuvent devenir complémentaires et amorcer des réflexions d’avenir. Je vous propose chers invités de vous lâcher, d’intervenir quand vous le voulez, sur le ton que vous souhaitez, mais le tout dans le respect des opinions et la parole de chacun sur des sujets d’actualité, brûlants comme le repos dominical, internet, la révolution numérique, l’urbanisme commercial, les drives, les marchés acteurs d’animation des centres villes, les soldes flottants, les comportements en plein changement des consommateurs, la crise vous avez dit crise, l’accessibilité et sur d’autres sujets si vous le souhaitez pour 1 h 15 maximum de débat.

Dans ce nouveau concept le match des idées et des convictions, c’est la première fois dans une soirée du commerce que nous demandons à vous cher public d’intervenir. Vous serez ce soir des acteurs - supporters ou contestataires. Vous levez la main, nos charmantes hôtesses vous apporteront le micro, mais surtout vous avez le choix ou de prendre le gant de boxe rouge si vous avez envie de contester de manière symbolique ou la raquette de tennis pour renvoyer la balle ceci pour dire je suis d’accord mais j’argumente. Vous, les invités sur la scène, si vous êtes totalement opposés à ce qui a été dit, emparez-vous symboliquement du gant noir et contestez.

 

Un journal a été consacré à une édition spéciale de cette soirée.